Photo de Thomas VDB dans une baignoire remplie de glaçons
Thomas VDB s'acclimate 

Interview

Thomas VDB : "L'idée ? Faire rire et réfléchir"

Journaliste musical, comédien, humoriste et chroniqueur radio, Thomas VDB cultive la polyvalence. Touche-à-tout, il nous parle ici de ses passions, mais aussi de son dernier spectacle, programmé le 2 février à la Ferme des Jeux de Vaux-le-Pénil.

Publié le

L'interview a été réalisée en septembre 2022 (spectacle initialement programmé en octobre 2022). 

Elise Lucet aka Wonderwoman - la chronique Thomas VDB

Thomas VDB : l'Interview

À la lecture de votre parcours, on constate que celui-ci est éclectique. Que vouliez-vous faire lorsque vous étiez enfant ? 

J’avais deux passions : la musique et tout ce qui touchait à la comédie, au théâtre et au cinéma. Toutes les disciplines artistiques m’intéressaient. Je ne voulais pas exercer un métier où l’on m’aurait demandé de porter des choses lourdes et, pire encore, de me lever tôt !

Votre premier amour, qui fut aussi votre premier métier, fut la musique. Préfériez-vous en jouer ou en parler ?

Je ne suis pas du tout musicien et ne pratique aucun instrument, mais j’ai toujours été animé par cette passion dévorante. C’est d’ailleurs ce que je raconte dans mon livre Comedian Rhapsodie. Adolescent, j’écoutais des morceaux à outrance. Je collectionnais les disques, copiais des cassettes et lisais tout ce qui concernait mes artistes préférés, que ce soit dans les journaux ou sur les pochettes de disques. Encore aujourd’hui, je suis animé par cette envie de découvrir de nouveaux groupes. À l’époque, j’avais une prédilection pour le pop rock, en étant également très ouvert à d’autres styles, comme le rap. Si bien qu’à 20 ans, lorsque j’ai écrit mes premiers articles dans la presse spécialisée, je réalisais l’un de mes rêves d’adolescent. 

Quels liens entretenez-vous avec la musique aujourd’hui ? 

J’en écoute toujours beaucoup ! Mes coups de cœur du moment sont Bertrand Belin, un chanteur français, ainsi que les Viagra Boys, un groupe post-punk suédois absolument génial et hautement recommandable.

Bertrand Belin - Que Dalle Tout (Clip Officiel)

Après la presse musicale, vous passez à la comédie. Comment le saut s’est-il opéré ? 

Disons plutôt que j’ai mené les deux de front pendant plusieurs années. Tout en exerçant mon métier de journaliste, je travaillais comme comédien à Tours. Nous faisions du théâtre de rue, avec un spectacle qui a beaucoup tourné le week-end et pendant les vacances. Nous avons donné près de 500 représentations en 15 ans. J’avais largement assez d’heures pour devenir intermittent du spectacle. 

En 2006, vous écrivez votre premier spectacle, intitulé En rock et en roll. Comment cette aventure est-elle née ? 

Ce fut mon premier one-man-show. J’y racontais ma vie de journaliste musical. Je commençais à avoir pas mal d’expériences sur scène, en studio, au micro ou en impro. Être seul face au public constituait un nouveau défi qui m’attirait. C’était une prise de risque stimulante. J’étais fasciné par le stand-up qui nous arrivait d’Amérique et qu’on commençait à découvrir en France, notamment grâce au Djamel Comedy Club. Comme je voulais écrire et monter sur scène, ce fut la suite logique dans mon parcours. 

Il y eut ensuite Presque célèbre (2010), Thomas VDB chante Daft Punk (2013) et Bon chienchien (2018). Les avez-vous écrits seuls ? 

Non, j’ai toujours travaillé en équipe. À mon sens, les bonnes idées sont généralement meilleures lorsqu’on est deux, ou plus. Quelqu’un lance une idée, l’autre rebondit, ça peut aller très vite. Ou pas ! Il suffit parfois d’un jeu de mot ou d’une image... Reste ensuite à tirer le fil. 

Vous jouez aujourd’hui Thomas VDB s’acclimate. Quelle en fut la genèse ? 

J’ai coécrit ce spectacle avec Navo et Audrey Vernon, ma compagne. Comme l’indique le titre, il est question du climat. Je m’empare de l’actualité tout en parlant de moi. J’ai une véritable phobie de la chaleur, qui m’a toujours terrorisé et déprimé. Je me suis installé à la campagne, dans l’Essonne, il y a quelques années. Je me moque de mon côté néo-rural et de la difficulté à faire pousser des carottes. L’autarcie, ce n’est pas si simple ! J’aborde des sujets qui me paraissent essentiels, comme notre dépendance à la voiture individuelle, qui est regrettable à mon avis ; la sortie d’un nouvel iPhone tous les ans ; la surconsommation ; les rapports du Giec ou l’inertie générale. J’en parle en essayant de faire rire le public, et ça marche. Et si, en plus, je fais réfléchir un peu, alors tant mieux !

Propos recueillis par Virginie Champion (TOUTécrit)

Thomas VDB à la Ferme des Jeux